19 Rue Hugot Derville 56110
Gourin

Blog du ciné

RÉTROSPECTIVE INTÉGRALE DE JACQUES TATI

Publié le 27/08/2014 à 19h36

RÉTROSPECTIVE INTÉGRALE DE JACQUES TATI

Découvrez l'intégrale de Jacques TATI dans votre Cinéma de Gourin, en version restaurée à partir de septembre 2014


Jour de fête
Avec Jacques Tati, Guy Decomble, Paul Frankeur
C'est jour de fête à Sainte-Sévère : les forains débarquent avec des roulottes, un manège et même un cinéma ambulant pour montrer aux villageois impressionnés un documentaire sur les méthodes modernes de la Poste en Amérique. Avec son vieux vélo et sa simple détermination, François le facteur va tout faire pour imiter ses homologues américains.

Les vacances de monsieur Hulot
Avec Jacques Tati, Nathalie Pascaud, Michelle Rolla
Dans une station balnéaire de la côte Atlantique, les citadins en vacances reproduisent leurs habitudes de la ville. Monsieur Hulot, personnage naïf et gaffeur, arrivé dans sa vieille voiture pétaradante, bouleverse, sans s'en apercevoir, la quiétude des clients de l'hôtel, en essayant simplement de profiter au maximum de ses vacances.

Mon oncle
Avec Jacques Tati, Jean-Pierre Zola, Adrienne Servantie
Le petit Gérard aime passer du temps avec son oncle, M. Hulot, un personnage rêveur et bohème qui habite un quartier populaire et joyeux de la banlieue parisienne. Ses parents, M. et Mme Arpel, résident quant à eux dans une villa moderne et luxueuse, où ils mènent une existence monotone et aseptisée. Un jour que Gérard rentre d'une énième virée avec son oncle, M. Arpel prend la décision d'éloigner son fils de M. Hulot. Il tente alors de lui trouver un travail dans son usine de plastique, tandis que sa femme lui organise un rendez-vous galant avec l'une de leurs voisines…

Playtime
Avec Jacques Tati, Barbara Dennek, Jacqueline Lecomte, Valérie Camille, France Rumilly
Un groupe de touristes américaines débarque à Paris pour visiter la capitale. Pendant ce temps, M. Hulot se rend dans les bureaux d'une grande entreprise pour y passer un entretien, mais finit par se perdre dans l'immensité du bâtiment. Au gré de ses déambulations et de ses rencontres, M. Hulot va se trouver embarqué dans ce Paris ultramoderne où sa route croisera immanquablement celle des Américaines…

Trafic
Avec Jacques Tati, Maria Kimberly, Tony Knepper, Marcel Fraval, Honoré Bostel
Monsieur Hulot, dessinateur d'un camping-car expérimental, accompagne celui-ci sur les autoroutes de France et de Belgique en direction du salon de l'automobile d'Amsterdam, où le modèle doit être exposé. Mais entre les nombreuses pannes, les problèmes mécaniques, la fouille à la douane, l'accident, la route est longue et semée d'embûches, qui mettent en péril la réussite commerciale de l'opération, menaçant Hulot et son camping-car de ne pas arriver à temps pour l'ouverture du salon…

Parade
Avec Jacques Tati, les Williams, les Veterans, les Sipolo, Pierre Bramma, Michèle Brado, Pia Colombo
A travers un spectacle de cirque participatif et délirant, Tati redonne vie à ses pantomimes et assure la transition des numéros de musiciens, jongleurs, magiciens et acrobates, devenant le Monsieur Loyal du Stockholm Cirkus.

Et un programme de courts-métrages :
- Soigne ton gauche
- L'école des facteurs
- Cours du soir

 
 

OFFRES FIDÉLITÉ

Publié le 07/09/2014 à 11h11

Vous aimez le cinéma ? Vous voudriez bien voir plus de films mais vous pensez que c'est trop cher ?

Au Cinéma de Gourin, non seulement nous vous proposons les tarifs les plus bas du marché, mais en plus nous vous proposons des offres de fidélité pour bénéficier de tarifs encore plus bas !!

Deux solutions : 

- Avec la carte CinéCompte, vous rechargez votre carte et bénéficiez d'un tarif de 4,50€ par personne pour chaque membre de la famille.

- Avec la carte Ciné VIP, vous possédez votre carte personnelle et pouvez voir chaque film pour seulement 4,00€ par séance !

(tarifs hors majoration 3D)

>>Plus d'informations en caisse au cinéma.

 
 

NOUVEAU : La 3D PLUME au Cinéma Jeanne d'Arc

Publié dans Exploitation

Publié le 18/08/2014 à 22h27

 
 

_ de 14 ans = 4€

Publié dans Programmation

Publié le 28/06/2014 à 10h45

Depuis le 1er janvier 2014, l’entrée au cinéma est de 4 euros pour les moins de 14 ans dans tous les cinémas participants, tous les jours, pour toutes les séances et pour tous les films.

 
 

L’avenir du Cinéma de Gourin - Bilan des réunions du 14 décembre 2013 et 18 janvier 2014

Publié dans Association

Publié le 24/01/2014 à 20h20

L’association Jeanne d’Arc est l’une des plus anciennes associations de Gourin. Créée officiellement en 1906, elle est à ce jour composée d’une quarantaine de bénévoles ainsi que d’un salarié et gère le cinéma de Gourin. L’exploitation draine plus de 14 000 visiteurs et est ouverte 7 jours sur 7 et 365 jours par an.

Afin de mieux appréhender les problématiques que l’association va devoir gérer dans les mois à venir, nous avons organisé des réunions publiques les 14 Décembre 2013 et 18 Janvier 2014. Il est important de préciser que l’association ne pourra pas porter à elle seule un projet aussi conséquent et que le soutien et l’implication de la municipalité sera indispensable.

 

L’avenir du Cinéma de Gourin

Bilan des réunions du 14 décembre 2013 et 18 janvier 2014

Introduction,

L’association a souhaité organiser deux réunions qu’elle a voulu publiques afin de présenter à tous un état des lieux du fonctionnement de la structure ainsi que des problématiques de mise aux normes à laquelle nous serons bientôt exposés.

Ces rendez-vous se voulaient également participatifs afin de recueillir les avis des uns et des autres sur quatre projets qui ont été présenté à l’assemblée. Les éléments présentés ci-dessous se veulent une synthèse de ces rencontres.

Une association, un cinéma qui a traversé l’Histoire.

C’est en 1903 que les premières réunions sur la création de l’association/patronage « Jeanne d’arc » ont eu lieu au cours de la fête de St Hervé. Trois ans plus tard, le patronage « Jeanne d’arc » est créé officiellement par l’abbé MAUGAIN en 1906.

En 1908, la paroisse achète le terrain pour 3700 Francs à Monsieur René Hugot-Derville. S’en suis la construction de la salle, mais c’est seulement en 1911 que la première projection de cinématographe a eu lieu. Il faudra ensuite attendre 1928 pour voir installer un cinéma muet permanent grâce à l’abbé Pierre MARTIN.

Les premiers statuts de l’association ont été déposés le 5 novembre 1945, sous la présidence d’Emile PALIERN. Le but de l’association qui était à l’époque [… préparer au pays des hommes robustes et de vaillants soldats…] a été modifié en 2010 et devient […La diffusion du savoir et de la culture en général et principalement la diffusion et la promotion de l'audiovisuel….]

2011 confirme l’inversion de la courbe de fréquentation, grâce notamment à divers travaux dont le passage au cinéma numérique, et c’est en 2013 que l’association composée de 40 bénévoles créé un premier emploi.

Le cinéma de Gourin, lieu de loisir et de culture.

L’année 2013, c’est 240 films programmés sur 940 séances. Le meilleur moyen de comprendre la chance que nous ayons à Gourin d’avoir une équipe de bénévoles aussi motivée et passionnée c’est de comparer l’affiche de décembre 2000 avec l’affiche de décembre 2013, les images parlent d’elles-mêmes.

2013 est année assez difficile car elle se termine sur un total de 12 282 entrées payantes contre 12 595 en 2012, soit -2.49%. Résultat relativement satisfaisant en vue de la baisse générale de fréquentation au niveau national (-5.9%) et c’est toujours 4% de plus qu’en 2011 et 301% de plus qu’en 2005. Il est également bon de noter que notre salle a accueilli pas moins de 14 363 visiteurs durant l’année (spectateurs payants, gratuit et location de salle).

Notre salle est également classé Art et Essai et qu’elle est également titulaire de deux labels « Jeune public » et « Patrimoine et répertoire », gage de la qualité de notre programmation.

Une réussite qui impacte directement sur l’économie locale.

Consulter le rapport DELON en ligne : http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/rapports/delon/intro.htm

Il est plus facile d’aller au cinéma qu’au restaurant car le cinéma de Gourin est ouvert sept jours sur sept et 365 jours par an !

Le cinéma de Gourin est donc à la fois une association, un lieu de loisir et de culture mais également un commerce qui a la particularité de fonctionner sans but lucratif. Les recettes générées par l’activité sont donc entièrement reversées dans le fonctionnement de la structure. Il est donc important de comprendre l’impact d’un cinéma sur le commerce périphérique mais également sur l’importance d’associer cette structure aux collectivités.

Ces éléments sont relativement bien expliqués dans le rapport DELON ;

Extrait […]Les salles d'Art & Essai à forte identité, qui ont mis en place des politiques dynamiques de programmation, d'animation et de prix, ont su fidéliser leur clientèle et même largement profiter de la hausse du niveau de la fréquentation, malgré l'implantation de multiplexes. […] Mais il existe aussi des zones " difficiles " où le cinéma d'Art & Essai ne peut se passer de soutien financier. Dans toutes ces zones -banlieues, villes nouvelles, zones rurales-, la survie des salles d'Art & Essai dépend du soutien de l'Etat ou des collectivités territoriales. […]

Le cinéma de Gourin est donc une salle associative fonctionnant sur un terrain privé mais d’autres modes de fonctionnement existent comme par exemple les salles municipales de Quimperlé, Le Faouët, Carhaix. Ce type de salle est également présenté dans le rapport en question.

Extrait […] La mission culturelle et de proximité reste cependant une réalité dans les périphéries " défavorisées " des grandes agglomérations et dans les zones rurales où la faible densité est un frein à l'investissement privé. Ce sont ces établissements qu'une politique d'aménagement culturel de territoire doit soutenir. […]

Le cinéma a donc besoin de subvention pour fonctionner. Sans subvention, il est impossible de maintenir l’activité. Le cinéma a eu sur les 10 dernières années un budget de 700 000 euros, dont 250 000 euros d’investissement et de travaux. Nous avons pour cela touché de nombreuses subventions un total de 300 000€ dont 125 000€ pour le fonctionnement de la structure.

Mais le cinéma apporte également énormément à l’économie locale, d’une part de façon directe en consommant sur le territoire (banque, artisans, restaurations, hôtels…) mais également de façon indirecte comme précisé dans le rapport DELON.

Extrait : […] La présence d'un cinéma crée toujours une animation périphérique : cafés, restaurants, voire librairies et commerces de détail liés au loisir. Cette animation se prolonge en soirée. Elle peut cependant prendre une forme différente selon que le multiplexe est installé en centre-ville ou en périphérie. […]

Selon le cabinet Gérard VUILLAUME (Clermont Ferrand). 35% des clients d’un cinéma, consomment avant et/ou après une séance soit dans notre cas et pour 2013 environ 5027 clients dans les commerces de la commune. Avec une consommation moyenne de 9.01 euros (source Cabinet Gira Conseil), c’est plus de 45 000 euros consommés dans les commerces grâce au cinéma associatif de Gourin.

Il est donc très important et normal d’associer les collectivités locales au fonctionnement de la structure.

Pourquoi faire des travaux ?

L’association a sollicité en Septembre 2013 l’ADRC. Cette Agence pour le Développement Régional du Cinéma a fait un état des lieux sans équivoque, résumant la situation actuelle.

Extrait : […] Le cinéma Jeanne d’arc est une salle associative située dans des bâtiments paroissiaux. Sa localisation est légèrement excentrée à la limite des espaces boisés qui entourent la ville de Gourin. Le site est encadré d’un côté par une voie assez importante, la rue Famille Bouchard – aboutissant au siège de la communauté de communes – de l’autre côté, par la rue Hugot Derville permettant l’accès au cinéma, via un passage. L’arrière du site est bordé par le terrain de sports. Il s’agit d’un terrain enclavé comprenant la grande salle de patronage à l’entrée du site, une petite salle de patronage en continuité, et de l’autre de la voie d’accès du cinéma. […]

Il est utile de rappeler qu’une salle de cinéma se doit à la fois de répondre aux règlementations communes aux ERP et celles particulières à l’activité cinématographique (norme AFNOR spécifique aux salles de cinéma, accessibilité handicapés, sécurité incendie). De plus, elle devrait proposer dans l’absolu une qualité d’accueil et de confort adaptés aux demandes du public. Comme vous le savez, la loi 2005 « pour l’égalité des droits des personnes handicapées » a défini un calendrier précis. Les établissements recevant du public (ERP) doivent se mettre en conformité aux différentes normes d’accessibilité avant 2015. Cette question est importante car elle a un impact dans l’organisation du cinéma, cette règlementation étant consommatrice d’espace.

[…] La salle actuelle comprend 198 fauteuils avec un écran courbe de 7m au format Cinémascope. La configuration de la salle comprend 2 blocs de fauteuils séparés par une allée transversale avec des fauteuils en quinconce. Le hall est de petite dimension et l’accès à la salle s’opère par un double sas.

La salle comporte une pente continue et un plafond envoûte cachant la charpente bois. On perçoit la présence d’une scène en bois avec un bas d’écran à 1.64m Les fauteuils sont différents suivant les deux blocs ainsi que leurs écarts entre rangées. La distance entre le 1er rang et l’écran est de 6.88 m. Les dégagements des têtes de la majorité des rangs sont insuffisants. Seuls les deux premiers rangs du premier bloc et le 1er rang du 2ème bloc sont dans la norme. Les 4 premiers rangs sont dans l’homologation. La salle n’est pas accessible aux PMR. L’accès s’opère par la sortie mais le sas n’est pas assez long. Le sanitaire PMR ne respecte pas intégralement les normes d’accessibilité, l’espace de manœuvre étant insuffisant. Il est clair qu’aujourd’hui cette salle n’est pas conforme aux obligations réglementaires et pratiques usuelles d’une salle de cinéma contemporaine. […]

Aujourd’hui le cinéma est en manque de visibilité en raison de sa situation enclavée en cœur de la parcelle paroissiale. La solution idéale consisterait à démolir la seconde « grande salle de patronage » et la reconstruction en L avec le cinéma au fond de la parcelle […]

De ce fait, il aurait une jonction directe avec le petit parking et la rue importante Bouchard, ce qui permettrait de désenclaver la parcelle et le cinéma. Il est certain que cette option, idéale selon nous, aurait des implications urbaines et politiques fortes (suppression de stationnements, aménagement global du site, négociation avec la paroisse). […]

Quelles sont nos options ?

Quatre options ont été développées et présentées durant la réunion publique du Samedi 18 Janvier 2014. Il est bon de préciser que les options que je vais vous présenter n’ont pas d’ordre précis, il se trouve simplement qu’elles sont classées par ordre de création (La première a été finalisée en Janvier 2013, la dernière en Septembre.).

Option n°1 – Estimée à 858 000 euros

Le projet implique ;

  • l’achat du terrain actuel du cinéma,
  • la démolition des locaux inexploités,
  • l’ouverture sur le parking rue F.Bouchard
  • aménagement extérieur
  • mise aux normes de la salle
  • Nouvelle chaudière et ventilation
  • amélioration technique (Atmos, HFR)

Inconvénients :

  • Pas d’agrandissement du hall
  • Réduction de la capacité de la salle. Il est bon de signaler que cette option réduit la capacité de la salle et que cela aura un impact non négligeable sur la négociation des films auprès de distributeurs.
  • Fermeture de la salle durant plusieurs mois (perte de clientèle, risque de perte de bénévoles)
  • Pas d’amélioration de la façade

 

Avantages :

  • Salle aux normes
  • Projet le moins couteux
  • Pérennisation partielle des travaux déjà réalisés

 

Option n°2 – Estimée à 1 078 000 euros

Le projet reprend les grandes lignes de l’option 1 mais déplace le hall au fond de la cour.

Inconvénients :

  • Réduction de la capacité de la salle. Il est bon de signaler que cette option réduit la capacité de la salle et que cela aura un impact non négligeable sur la négociation des films auprès de distributeurs.
  • Fermeture de la salle durant plusieurs mois (perte de clientèle, risque de perte de bénévoles)
  • Pas d’amélioration de la façade

 

Avantages :

  • Salle aux normes
  • Agrandissement du hall
  • Pérennisation partielle des travaux déjà réalisés

 

Option n°3 – Estimée à 1 000 000 euros

Le projet implique un déménagement de l’activité sur un nouveau terrain. L’outil de travail serait donc neuf mais devrait quitter le centre-ville.

La création d’un parking n’a pas été chiffrée.

Inconvénients :

  • L’exploitation quitte le centre-ville avec l’impact que cela peut avoir sur le commerce de centre-ville.
  • Pas de pérennisation des travaux déjà réalisés, risque de perte de subventions

 

Avantages :

  • Pas de fermeture de l’exploitation
  • Bel outil de travail
  • Façade et belle vitrine
  • Capacité de la salle intéressante
  • Pas de problème de stationnement

 

Option n°4 – Estimée à 1 300 000 euros

Le dernier projet ferme la salle actuelle au profit d’une nouvelle salle créée dans la cour. Un nouveau hall est également créé afin de faire la jonction entre la salle actuelle et la nouvelle extension.

Inconvénients :

  • Projet le plus couteux
  • Perte de stationnement sur le parking

 

Avantages :

  • Pérennisation des travaux déjà réalisés
  • Pas de fermeture durant les travaux
  • Maintien de l’activité dans le centre-ville
  • Développement de l’activité à moindre frais
  • Capacité de la salle intéressante
  • Bel outil de travail
  • Façade et vitrine intéressantes

 

 

Le financement.

Le financement d’un projet aussi important n’est pas une mince affaire et nécessitera forcément un emprunt bancaire de la part de l’association. L’emprunt qu’il faudra réaliser sera soumis à garantie et il est probable que la mairie doive se porter caution. Il est également possible de recourir au service de l’IFCIC, établissement de crédit agréé qui a reçu mission du Ministère de la Culture.

Il est important de signaler que l’achat du terrain n’est pas un élément subventionnable et que les chiffres listés ci-dessous ne sont présentés qu’à titre indicatif et n’engagent aucune des structures listés. Il est également nécessaire de préciser que les travaux et investissements déjà réalisés dans les locaux actuels du cinéma doivent être pérennisés. Ce qui signifie que si l’option de déménagement est sélectionné, il est envisageable que les subventionneurs se désengagent du dossier sous le motif que les précédents financements n’ont pas été pérennisés.

  • Le CNC - Aide sélective à la création et à la modernisation de salles

Le niveau d'intervention n'est pas un pourcentage mais une appréciation au cas par cas qui peut probablement aller de 50 000 à 200 000 euros en fonction de l’importance du projet.

  • La réserve parlementaire

Le député de notre circonscription dispose d’une enveloppe parlementaire (130 000 euros en 2013), nous devons solliciter cette aide afin de mener à bien notre projet. Pour information, 35 000 euros ont été octroyés au cinéma de Guer en 2011 pour une construction de salle à 834 000 euros.

  • La Région Bretagne

La région offre une aide de 20% plafonnée à 135 000 euros

  • Le Conseil Général du Morbihan

Le département offre une aide de 10%

  • Les contrats et convention de Pays (Pays COB), enveloppe européenne

Nous sommes dans une période charnière et donc idéale pour présenter des gros projets « innovants ».

  • La Communauté de Communes

La situation n’est pas simple car il y a 3 cinémas sur le territoire, mais le projet est sans doute suffisamment important pour le tissu socio-économique local pour que la Communauté de communes nous attribue une aide à la hauteur de nos ambitions.

  • La Commune de Gourin

La commune doit être impliquée dans le projet de la création à la réalisation. Il n’est d’ailleurs pas concevable d’en faire autrement. Beaucoup d’options peuvent être envisageables (achat du terrain et aide financière) mais il est clair que la municipalité qui sera en place en Mars 2014 devra travailler sur le sujet avec l’association et ce avant juillet 2014 !

 

Simulation de financement

CNC

200 000 €

Réserve parlementaire

35 000 €

Région Bretagne

135 000 €

Conseil Général

135 000 €

Contrat/Convention de Pays

150 000 €

Communauté de communes

50 000 €

Commune

100 000 €

Emprunt bancaire

650 000 €

 

1 305 000 €

 

Conclusion,

Je remercie toutes les personnes présentes à ces réunions à la fois pour leur écoute mais également et surtout pour leur participation. Oui c’est beaucoup, beaucoup d’argent, beaucoup de travaux mais également beaucoup de clients pour nous et également pour les commerces de Gourin. Ne raisonnez pas avec les chiffres de fréquentation actuelle de la salle car une nouvelle salle ce n’est plus 13 000 entrées à l’année, c’est 20 000 à 25 000. Ce n’est donc plus 5 000 mais près de 9 000 clients pour les commerces de Gourin.

Je reste à votre disposition, aujourd’hui mais également dans les jours et semaines à venir.

Matthieu PERON

Président de l'association Jeanne d'Arc

 

« L’avenir n’appartient à personne. Il n’y a pas de précurseurs, il n’y a que des retardataires. »

Jean COCTEAU